Foreign Policy Research Institute A Nation Must Think Before it Acts FPRI Robert A. Fox Fellow Vish Sakthivel Quoted in El Watan
FPRI Robert A. Fox Fellow Vish Sakthivel Quoted in El Watan

FPRI Robert A. Fox Fellow Vish Sakthivel Quoted in El Watan

FPRI Robert A. Fox Fellow Vish Sakthivel Quoted in El Watan


«Les Etats-Unis souhaitent un engagement plus profond avec l’Algérie au-delà de la coopération militaire et notamment celle du renseignement», estime la chercheure. Elle ajoute par ailleurs que «la relation étroite d’Hillary Clinton avec la monarchie marocaine a irrité les Algériens. Cela ne devrait pas l’être parce que la politique étrangère américaine joue toutes les cartes diplomatiques».

– Quelles conclusions tirez-vous d’une campane électorale marquée par des tensions et une violence verbale rare ?

Vous devriez pardonner à l’avance mon parti pris en tant que partisane de Hillary Clinton, mais pour être franche, vous aurez du mal à trouver un analyse de la politique étrangère américaine qui n’en ait pas une. Les attaques au vitriol étaient unilatérales. Donald a accusé Hillary Clinton de «femme méchante», il a insulté Barack Obama en l’a accusant d’être né hors du pays.

La rhétorique et le projet du candidat républicain menacent de ramener l’Amérique vers les années 1950, à l’époque où la femme était à la maison et les races ne se mélangeaient pas. Il entretient la peur des hommes blancs qui pensent que leurs positions (sociales) sont «menacées». Les Américains pauvres souffrent en effet, mais dans les zones rurales, beaucoup de pauvres attribuent leur lutte pour plus de droits pour les minorités ethniques, que pour le fait que l’establishment politique américain, de chaque côté, a laissé pour compte.

Read the full article here.